L’OIM renforce la capacité de recherche et de secours des agents de contrôle aux frontières au Somaliland

Posted: 
03/06/18

Berbera - La semaine dernière, du 28 février au 1er mars, l’OIM, l’organisme des Nations Unies chargé des migrations, a formé 29 agents de contrôle aux frontières du Somaliland à la recherche et aux secours.

Dispensée par le Centre africain de renforcement des capacités de l’OIM, la formation à Berbera, au Somaliland, comprenait des exemples réels et théoriques relatifs au code international pour la sécurité des navires et des infrastructures aéroportuaires, aux obligations légales internationales, au sauvetage en mer et au trafic illicite de migrants par la mer.

« Le littoral étendu de la Somalie est une importante route marchande que reste sujette à l’activité clandestine, à la traite et au trafic illicite d’êtres humains, à la piraterie et à l’exploitation par des pêcheurs étrangers. L’inefficacité des mesures de contrôle aux frontières, le laxisme dans la coordination et la corruption interorganisations font partie des plus grands obstacles à la lutte contre la migration irrégulière et le trafic illicite qui ont lieu en mer territoriale de Somalie », a déclaré Marcellino Ramkishun, haut spécialiste de la gestion des migrations, qui a dispensé la formation.

D’après l’évaluation sur la traite des personnes demandée à l’OIM au sud et au centre de la Somalie (octobre 2016), le transport maritime est le type de transport le plus utilisé par les trafiquants pour faciliter le mouvement irrégulier des victimes.

Le Somaliland n’a pas encore obtenu la reconnaissance internationale en tant qu’Etat indépendant, ce qui crée un vide en termes de cadres juridiques internationaux visant à protéger les eaux territoriales de Somalie. La guerre civile au Yémen expose également la route de navigation du Somaliand à l’activité criminelle, d’où la nécessité d’un équilibre entre sécurité et assistance.

Les scénarios réels de la formation ont bénéficié de l’expérience de Marcellino Ramkishun en tant que capitaine de l’Unité des garde-frontières en Afrique du Sud, et de son expertise en matière de criminalité organisée.

« C’est la première fois que nous avons une formation comme celle-ci où l’on parle de cas et d’exemples réels. Je savais très peu de choses sur l’étendue de la criminalité organisée et sur son impact négatif au Somaliland. C’est la première fois que j’ai l’opportunité de devenir un meilleur officier. J’ai hâte de participer à une potentielle simulation dans le futur, où nous pourrons apprendre des choses pratiques », a déclaré l’un des participants à la fin de la formation.

Cette formation s’inscrit dans un projet d’action multisectorielle financé par le gouvernement du Japon, en vue de contribuer à accroître la sécurité et la stabilité en Somalie, en particulier pour les migrants vulnérables et les populations mobiles.

Pour plus d’informations, veuillez contacter l’Unité d’appui au programme, OIM Somalie, Tel : +254 715 990 600, Email : iomsomaliapsu@iom.int