“La securite dans le cadre des droits de l’homme et des flux migratoires composites”, XVII Reunion vice-ministerielle conference régionale sur la migration

Date Publish: 
Lundi, June 18, 2012 - 16:00
Speaker: 
William Lacy Swing, Director General, International Organization for Migration
Location: 

Vos Excellences, Mesdames et Messieurs les ministres adjoints
des Affaires étrangères; Ministres adjoints de
l’Intérieur et Directeurs des migrations; 

Mesdames et Messieurs les Ambassadeurs et représentants des
Etats membres et des Observateurs de la Conférence
régionale sur la migration;

Monsieur le coordinateur du Secrétariat technique de la
CRM;

Mesdames et Messieurs les représentants de la
société civile;

Mesdames et Messieurs,

C’est un honneur pour moi d’être
présent devant cette prestigieuse assemblée et
j’en félicite le président panaméen pour
l’organisation exceptionnelle de cette importante
réunion.  Je souhaite remercier M. le Président
Martinelli, le gouvernement et le peuple panaméen pour leur
accueil chaleureux.

Les questions dont nous allons débattre à cette
occasion – la sécurité, les droits de
l’homme et les flux migratoires composites – sont
essentielles à notre capacité à gérer
les migrations de manière à ce qu’elles servent
au mieux les intérêts nationaux des pays
d’accueil et d’origine et des migrants
eux-mêmes.

Ce défi est peut-être plus vrai ici que
n’importe où ailleurs, sur le continent
américain, car ces questions y sont fortement ressenties. En
effet, ce continent est le couloir migratoire le plus
emprunté du monde.

En 2010, 31% des homicides perpétrés dans le monde
entier –soit 145 000– ont eu lieu sur le continent
américain, dont 74% commis avec une arme à feu et un
quart attribué à la criminalité
organisée. Ici, en Amérique centrale, 1 homme
âgé de 20 ans sur 50 sera tué avant
d’atteindre 31 ans (étude mondiale 2011 de
l’ONUDC sur les homicides).

Il ne s’agit pas là d’une coïncidence si
ce même segment de la population, à savoir les jeunes
hommes à l’aube de leur vie – ainsi qu’un
nombre croissant de jeunes femmes –, est le visage des
migrations internationales. Aujourd’hui, dans le monde
entier, plus de 214 millions de migrants internationaux recherchent
la sécurité, des opportunités, des droits et
une dignité.

Au cours des 30 prochaines années, le nombre de migrants
internationaux atteindra presque le double
d’aujourd’hui, soit 405 millions de personnes
d’ici 2050. Ceci est le résultat de tendances
démographiques, des exigences du marché du travail,
de l’agrandissement des inégalités Nord-Sud et
de facteurs
d’« attrait-répulsion »
(push-pull en anglais) qui rendent les migrations de masse
inévitables, nécessaires, voire désirables, si
elles sont bien gérées. Pendant cette même
période, l’Europe aura, à elle seule, besoin de
50 millions de travailleurs dans tous les
domaines.     

Pour terminer mes observations, je souhaite mentionner trois
points clés s’agissant du lien entre
sécurité, migration et droits de l’homme.

I. Migration et sécurité

En premier lieu, je souhaite évoquer le rôle
indispensable de la gestion des migrations dans la politique de
sécurité régionale et ce pour deux
raisons :

  1. D’une part, l’implication croissante des
    réseaux de criminalité transnationale
    organisée dans le trafic illicite de migrants, la traite des
    êtres humains (de plus en plus à des fins
    d’exploitation du travail) et la falsification des documents
    d’identité et de voyage ; et d’autre
    part
  2. Les méthodes de plus en plus sophistiquées et la
    mobilité croissante des réseaux de
    criminalité.

En conséquence, nous devons, ensemble, œuvrer
davantage dans les domaines de la gestion des migrations et du
renforcement de capacités afin de consolider les
systèmes de sécurité et les stratégies
de défense de première ligne. Il est tout aussi
important de fournir aux migrants un accès aux
systèmes de justice pour mettre fin à
l’impunité dont jouissent de nombreux réseaux
criminels.

Le respect strict des principes relatifs aux droits de
l’homme, en particulier dans les moments critiques de
contrôle, de détention, d’expulsion et de retour
– moments où la majorité des mauvais
traitements infligés aux migrants se produisent –
permettra de soutenir nos actions et de donner aux migrants le
courage de témoigner contre les réseaux de
criminalité.

II. Concilier la souveraineté et les droits de
l’homme

J’en viens à ma deuxième observation :
la nécessité d’établir des politiques
migratoires qui prennent en compte les besoins de l’Etat et
la protection des droits et des libertés individuelles.

Les deux ne sont pas incompatibles. Bien qu’il
n’existe aucune formule magique ou universellement
applicable, une politique migratoire responsable est une politique
que j’appelle « un scénario
d’ouverture ». Il s’agit, d’une part,
d’une politique de respect de la souveraineté
nationale pour déterminer qui peut entrer dans le pays, et
d’autre part, d’une politique qui respecte à la
fois le souhait de chacun de migrer à la recherche
d’une vie meilleure – la stratégie de
réduction de la pauvreté et de développement
la plus ancienne dans l’histoire de l’humanité
– et les attentes de l’individu quant au respect de ses
droits fondamentaux lorsqu’il décide
d’entreprendre ce processus.

Au cours de son histoire, l’OIM a aidé les
gouvernements à concilier ces éléments et
à concevoir et à mettre en œuvre des solutions
innovantes.

L’OIM a, par exemple, participé à des
projets comme celui de Lampedusa, une petite île italienne de
la Méditerranée, située près des
côtes africaines, afin de fournir une aide
spécialisée dans le cadre des flux composites
africains vers l’Europe. 

En partenariat avec le HCR, la Croix-Rouge, Save the Children et
le gouvernement italien et grâce au financement de
l’Union européenne, nous avons organisé une
intervention globale dont nous avons tiré des enseignements
précieux, notamment sur la nécessité
d’adopter une approche fondée sur la
société dans son ensemble, qui intègre tous
les membres de la société civile, y compris le
secteur privé, les syndicats, les groupes de défense
des droits, les fournisseurs de services, les associations de
migrants, le milieu universitaire et les médias.

Une approche coopérative est vitale pour lutter contre la
criminalité organisée, qui ne peut être
combattue sans le soutien de nos sociétés et de nos
pays voisins.

III. Partenariats en matière de
migration

J’arrive enfin à mon troisième et dernier
point : Les migrations sont une grande tendance du
21ème siècle. De ce fait, ces questions sont bien
trop complexes pour être traitées par un pays de
manière isolée.

Nous avons besoin de partenaires et de forums régionaux,
à l’image de cette Conférence régionale
sur la migration, pour se rendre compte de tous les avantages de la
mobilité humaine. C’est pourquoi l’OIM soutient
actuellement quelque 15 dialogues régionaux sur la migration
dans le monde, tous orientés vers la création
d’un consensus plus large sur les questions de gestion des
migrations.

Ici, sur le continent américain, vous savez mieux que
tous ce qui rend difficile la gestion des flux migratoires
complexes et composites pour les Etats, s’agissant notamment
de la protection de tous les migrants, y compris des migrants
irréguliers, conformément aux engagements
internationaux et nationaux. En œuvrant ensemble, les Etats du
continent américain doivent tordre le cou au cliché
souvent avancé par d’importants groupes de population,
et même par les autorités, selon lequel les migrants
– et en particulier les migrants irréguliers –
n’ont aucuns droits.

Compte tenu des déplacements croissants de migrants
à la fois vers des pays de destination traditionnels et vers
de nouveaux pays, sur le continent américain, nous, en tant
qu’agents de la fonction publique et dirigeants, devons tous
instruire et informer davantage le grand public sur les droits des
migrants et sur l’importance de leurs multiples contributions
à nos sociétés.

Au fil du temps, la CRM a déjà largement
démontré sa capacité à
appréhender les problèmes complexes. Je suis certain
que vous saurez le faire une fois de plus s’agissant des flux
migratoires composites et de l’intensification des menaces en
matière de sécurité.   

Soyez assurés que l’OIM restera à vos
côtés pour soutenir vos efforts visant à
traiter et surmonter ces problèmes.

Speaker Type: