Arrivées de migrants en Europe par la Méditerranée en 2018 : 4 742 ; décès en mer : 206

Posted: 
01/26/18
Themes: 
Humanitarian Emergencies, Missing Migrants, Refugee and Asylum Issues

Genève - D’après l’OIM, l’organisme des Nations Unies chargé des migrations, en date du 25 janvier, 4 742 migrants et réfugiés sont arrivés en Europe par la mer en 2018. A la même date en 2017, ils étaient 3 831 à aborder les côtes européennes. Environ 57 pourcent sont arrivés en Italie et le reste est réparti entre l’Espagne (24 pourcent) et la Grèce (19 pourcent).

Olivia Headon, de l’OIM en Libye, a rapporté que huit migrants soudanais - montrés, dans des vidéos devenues virales le week-end dernier, en train d’être torturés et implorant leurs familles d’envoyer de l’argent aux passeurs pour leur sauver la vie - ont été libérés et se trouvent désormais à l’hôpital.

Les Forces spéciales libyennes ont obtenu la libération des migrants suite à une enquête menée par les autorités libyennes. Olivia Headon a rapporté que l’OIM évaluait la situation pour voir comment les aider au mieux pour qu’ils reçoivent l’aide médicale appropriée.

« Ils souffrent tous de brûlures au deuxième degré et nous sommes en relation avec la direction de l’hôpital où le groupe se trouve afin de nous assurer qu’ils recevront les soins nécessaires et que l’hôpital dispose de suffisamment de fournitures médicales. Dès que notre équipe aura rencontré le groupe, elle évaluera chaque cas individuellement et les orientera si besoin vers nos collègues du HCR, l’agence des Nations Unies pour les réfugiés », a-t-elle déclaré.

L’OIM oriente les cas nécessitant une protection internationale vers le HCR.

Kelly Namia, de l’OIM à Athènes, a rapporté jeudi qu’entre le 20 et le 24 janvier, les autorités grecques n’ont fait état d’aucune nouvelle arrivée de migrants ou de réfugiés par la mer, poursuivant ainsi la tendance à la baisse des arrivées irrégulières par l’itinéraire de la Méditerranée orientale depuis ces deux dernières années (voir tableau ci-dessous). 

Jeudi, l’OIM en Grèce a également fait part des chiffres de 2017 sur les nationalités des migrants irréguliers communiquées par les garde-côtes helléniques concernant l’étendue géographique des migrants détectés par les autorités à leur entrée dans le pays par la mer pour chaque mois de l’année dernière.

Comme cela est le cas depuis ces dernières années, les Syriens étaient la principale nationalité, avec 12 311 migrants, suivis des Iraquiens (5 818) et des Afghans (2 891). De nombreux autres migrants provenaient de pays comme le Pakistan (983), la Palestine (689), l’Iran (689) et le Cameroun (547). Le Congo, avec 1 075 migrants, reste un important pays d’origine de migrants vers l’Europe via la Méditerranée orientale, tout comme l’Algérie (840) et le Maroc (351). Les Somaliens étaient 228 et les Yéménites, 201.

D’autres pays d’origine étaient inattendus. C’est le cas du Koweït (473), des îles des Comores (8) et quelques pays d’Amérique latine comme la République dominicaine (97), Haïti (15), la Colombie (9), la Bolivie (5) et le Brésil (1). Les autorités grecques ont également signalé l’arrivée de 174 migrants irréguliers en provenance de Turquie (voir tableau ci-dessous).

Lundi, Ana Dodveska, de l’OIM en Espagne, a fait état de 1 340 arrivées maritimes et terrestres de migrants irréguliers pendant les 24 premiers jours du mois, dont 216 enregistrées dans l’enclave africaine de Melilla.

Depuis le dernier rapport de l’OIM vendredi (19 janvier), le Projet de l’OIM sur les migrants disparus (MMP) a ajouté cinq décès supplémentaires dans la Méditerranée, portant le nombre total ce mois-ci à 206. A cette même date en janvier dernier, l’OIM avait signalé les décès de 244 hommes, femmes et enfants dans la Méditerranée.

Le 21 janvier, le corps d’un migrant a été retrouvé près de Qarapoli, en Libye, par des pêcheurs locaux. Dans la Méditerranée occidentale, trois migrants sont morts le 23 janvier lorsque leur bateau a sombré alors qu’ils tentaient d’atteindre l’Espagne. Toutefois, la Marine marocaine a secouru 57 rescapés et les a amenés à Nador, au Maroc. Le même jour, un autre naufrage s’est déroulé au large des côtes d’Aïn El Turk, près d’Oran, en Algérie. Onze rescapés ont été secourus par les autorités de la protection civile locale mais un enfant de trois ans reste porté disparu.

A travers le monde, le MMP a recensé 349 décès de migrants à ce jour en 2018 (voir tableau ci-dessous). 

Jeudi, l’OIM au Yémen a signalé que plus de 30 migrants et réfugiés se sont noyés le 23 janvier dans un incident au large des côtes d’Arah, dans le gouvernorat de Lahij, au Yémen. Environ 176 migrants (170 Ethiopiens et 46 Somaliens) voyageaient à bord d’un bateau qui a quitté le district d’Albarika, à Aden, en direction des côtes djiboutiennes. Lors d’un transfert sur un autre bateau au large des côtes d’Arah, plusieurs personnes sont tombées à l’eau et se sont noyées : plus de 30 corps ont été repêchés des eaux mais le bilan pourrait être plus lourd.

A la frontière entre les Etats-Unis et le Mexique, une femme s’est noyée en tentant de traverser le Río Bravo, près de Nuevo Laredo à Tamaulipas, au Mexique, le 23 janvier. En Amérique centrale, un migrant a été retrouvé mort le 24 janvier après avoir été percuté par un train de marchandises près de Ciudad Guzmán à Jalisco, au Mexique.

Au Moyen-Orient, le corps d’une femme syrienne a été retrouvé près du point de passage de Masna’a à l’est du Liban, le 23 janvier. L’examen médico-légal a démontré que la femme était morte il y a environ un mois. Dans cette zone frontalière, 16 réfugiés syriens sont morts d’hypothermie le week-end dernier.

Les données du MMP sont compilées par le personnel de l’OIM mais proviennent de sources diverses, dont certaines ne sont pas officielles. Pour en savoir plus sur la collecte de données sur les migrants disparus, cliquez ici (en anglais).

Dernière infographie mise à jour pour la Méditerranée : ici

Pour consulter les dernières données sur les arrivées et les décès de migrants en Méditerranée, rendez-vous sur : http://migration.iom.int/europe   

Pour en savoir plus sur le Projet sur les migrants disparus : http://missingmigrants.iom.int  

Pour plus d’informations, veuillez contacter :
Joel Millman, OIM Genève, Tel : +41.79.103-8720, Email : jmillman@iom.int    
Mircea Mocanu, OIM Roumanie, Tel :  +40212115657, Email : mmocanu@iom.int   
Dimitrios Tsagalas, OIM Chypre, Tel : + 22 77 22 70 ; E-mail : dtsagalas@iom.int   
Flavio Di Giacomo, OIM Italie, Tel : +39 347 089 8996, Email : fdigiacomo@iom.int 
Hicham Hasnaoui, OIM Maroc, Tel : + 212 5 37 65 28 81, Email : hhasnaoui@iom.int   
Kelly Namia, OIM Grèce, Tel : +30 210 9919040, +30 210 9912174, Email : knamia@iom.int     
Julia Black, OIM GMDAC à Berlin, Tel : +49 30 278 778 27, Email : jblack@iom.int
Christine Petré, OIM Libye Tel :  +216 29 240 448, Email : chpetre@iom.int    
Ana Dodevska, OIM Espagne, Tel : +34 91 445 7116, Email : ADODEVSKA@iom.int  
Myriam Chabbi, OIM Tunisie, Tel :  +216 28 78 78 05, Mobile : +216 71 860 312 Ext. 109, Email : mchabbi@iom.int

.